Histoire du boat people

Introduction

La chute de Saigon, le 30 avril 1975, a été par la suite suivie de la plus grande migration massive de l’histoire moderne : plus de deux millions de personnes ont quitté leur pays ravagé par la guerre en quête de liberté. Ce qui est particulier dans le cas de l’exode des réfugiés vietnamiens, c’est que, à la différence de la plupart des autres migrations forcées, au cours desquelles les personnes déplacées ont fui leur pays par les montagnes et les déserts, pour les réfugiés vietnamiens, la seule possibilité immédiate de fuite était la mer. Voilà pourquoi, partout dans le monde, on les a appelés les « réfugiés de la mer ».

Le processus législatif de la Loi sur la Journée du Parcours vers la liberté cliquer ici :

CONTENU

  1. Exode des réfugiés de la mer
  2. Rétablissement au Canada
  3. Accueil au Canada : l’arrivée des réfugiés vietnamiens
  4. Chronologie des efforts du Canada de 1975 à 1991
  5. Remise de la médaille Nansen aux Canadiens
  6. La communauté canadienne d’origine vietnamienne

EXODE DES RÉFUGIÉS DE LA MER

DOCUMENTAIRE BOLINAO 52

Intrigue: À la fin de la guerre du Vietnam en 1975, des millions de réfugiés ont entrepris un périlleux parcours de fuite par la mer de Chine méridionale afin de trouver la liberté. Bolinao 52 est la voix restée longtemps muette, l’héritage caché de la guerre du Vietnam; il raconte l’histoire des réfugiés de la mer. [IMDB, 2015]

 

24 JUIN 1979 – RÉFUGIÉS DE LA MER VIETNAMIENS – LE PRIX DE LA LIBERTÉ

 

exodus1exodus2

 

 

 

 

Bon nombre des réfugiés vietnamiens ont puisé dans leurs ressources personnelles afin de fuir l’avance des troupes communistes, ce qui a poussé le gouvernement de Hanoi à fermer les frontières du pays. Suite à la guerre du Vietnam, 65 000 Sud-Vietnamiens ont été exécutés et un million d’autres ont été envoyés en prison et dans des camps de rééducation, où l’on estime que quelque 165 000 d’entre eux sont morts à cause des exactions commises par les communistes du Vietnam du Nord.

exodus4exodus3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Afin de  fuir la persécution raciale, ethnique, religieuse et politique, bon nombre des réfugiés ont dû s’enfuir par la mer de Chine méridionale à bord d’embarcations brisées, risquant leur vie à chaque instant. Ils ont non seulement dû braver des tempêtes mortelles, mais aussi survivre aux maladies et à la famine. La plupart des réfugiés de la mer sont décédés par noyade ou dans le cadre d’attaques menées par des pirates, qui les ont assassinés ou vendus à des fins d’esclavage ou de prostitution. <<Une histoire de pirates et de bateaux qui coulent>> est ue récit d’une fuite extrêmement pénible du Vietnam que raconte M. Tuan Tran à la CBC. D’après le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 250 000 personnes ont perdu la vie pendant la traversée qui devait les mener vers la liberté et un avenir meilleur. Les chanceux ont pu s’installer dans des camps de refuge. Dans ce court documentaire de 20 minutes,Refuge for the unwanted, la CBC se rend dans des camps à Hong Kong et en Malaisie pour montrer à quoi ressemble la vie dans les camps de réfugiés.

     « J’AI PRIÉ DE TOUTES MES FORCES AFIN QUE FIN CET HORRIBLE CAUCHEMAR CE PREND FIND. JE VOULAIS ME RÉVEILLER ET AVOIR MES ENFANTS PRÈS DE MOI À NOUVEAU… UNE NOUVELLE VIE NOUS                                ATTENDAIT, ET ELLE SERAIT DOUCE »

                                                                                                                                                                                           — PHAM LE HONG NAM

 

 

exodus5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

RÉTABLISSEMENT AU CANADA

Certains pays avoisinants ont renvoyé les réfugiés de la mer au large, même lorsqu’ils sont parvenus à toucher la terre ferme. Cela a contraint les réfugiés à s’éloigner encore davantage pour s’installer aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Australie et au Canada. La Journée du Parcours vers la liberté vise à souligner le rôle humanitaire reconnu dans le monde qu’a joué le Canada en accueillant aux bras ouverts de plus de 120 000 réfugiés. La Journée du Parcours vers la liberté sensibilise les Canadiens et Canadiennes à la plus grande aide humanitaire offerte par le Canada jusqu’à ce moment-là, cet exode représentant encore le plus grand afflux de réfugiés que nous ayons connu. À la suite de la migration croissante des réfugiés vietnamiens, le gouvernement fédéral a créé un programme de parrainage privé au moyen duquel il invitait des organisations bénévoles, des églises et des groupes d’au moins cinq citoyens adultes à accueillir une famille de réfugiés et à la prendre en charge pendant un an. Pour chaque personne ainsi parrainée, le gouvernement acceptait un autre réfugié à sa charge. Sans les efforts chaleureux et attentifs de milliers de Canadiens et le leadership, l’appui et la collaboration du gouvernement fédéral, des gouvernements provinciaux et des administrations municipales, d’organismes canadiens et internationaux pour les réfugiés, d’organisations non gouvernementales et de groupes religieux, le déplacement de ces gens en si grand nombre, dans des circonstances aussi urgentes et difficiles, n’aurait pas été possible.
resettlement1resettlement2resettlement3

 

 

 

 

 

 

 

 


 

ACCUEIL AU CANADA : L’ARRIVÉE DES RÉFUGIÉS VIETNAMIENS

Cette initiative à l’échelle de tout le pays constitue un exemple sans précédent de compassion dont ont fait preuve des canadiens de toutes les couches sociales. Bon nombre de Canadiens ont invité des familles dans leur maison pendant une année complète et ont aidé leurs nouveaux hôtes à s’établir dans un pays étranger, par exemple à obtenir un emploi, à poursuivre des études ou à trouver un logement permanent.

arrival1 arrival2

 

 

 

 

 

 

Sally Caudwell, de la CBC, présente un compte rendu du premier vol de réfugiés en provenance de Hong Kong arrivé à l’Aéroport international Pearson à Toronto et de la façon dont ils se sont adaptés à leur nouvelle vie au Canada.

L’HISTOIRE DES RÉFUGIÉS DE LA MER

 


 

 

CHRONOLOGIE DES INITIATIVES DE RÉTABLISSEMENT MENÉES AU CANADA DE 1975 À 1991

Avril à mai 1975 : Des lettres promettant l’octroi d’un visa sont envoyées à 3 500 chefs de famille au Vietnam, ce qui représente environ 14 000 ou 15 000 membres de famille. Le 1er mai, le Canada décide d’accepter les réfugiés parrainés par des membres de leur famille déjà au Canada.

Avril 1975 : Des orphelins vietnamiens arrivent au Canada.

24 avril 1975 : Des responsables de l’ambassade du Canada à Saigon sont évacués.

30 avril 1975 : Chute du régime de Saigon. Environ 140 000 personnes fuient le pays par bateaux et hélicoptères. Bon nombre d’entre elles sont secourues par la marine américaine.

Mai 1975 : Le Canada annonce qu’il acceptera des réfugiés du Vietnam qui ont des parents au Canada. Au total, 3 000 autres réfugiés vietnamiens n’ayant pas de parent au Canada seront autorisés à s’établir au pays.

Juin 1975 : D’importants groupes de Sud-Vietnamiens sont envoyés dans des camps de rééducation.

Mai et juin 1975 : Début de la « rééducation » des militaires et des responsables du gouvernement sud‑vietnamiens vaincus. Des Vietnamiens fuient le pays par de petites embarcations, marquant ainsi le début du phénomène des « réfugiés de la mer ».

Mai 1975 à décembre 1976 : Au total, 7 000 réfugiés arrivent au Canada, dont 4 500 arrivent dans les deux mois suivant immédiatement la chute de Saigon.

Août 1976 : Au total, 450 autres réfugiés de la mer sont autorisés à s’établir au Canada.

Janvier 1978 : Selon une « approche graduelle », le Canada commence à accepter 50 familles de réfugiés de la mer par mois.

1979 : Le gouvernement canadien fait une annonce historique en établissant un objectif d’accueil de 50 000 réfugiés vietnamiens au Canada avant la fin de 1980.

Juin 1979 : L’objectif annuel d’accueil de réfugiés indochinois passe de 5 000 à 8 000. Le gouvernement demande aux organisations bénévoles de parrainer 4 000 autres réfugiés dans le cadre du nouveau Programme de parrainage privé de réfugiés.

20 et 21 juillet 1979 : La ministre des Affaires étrangères Flora MacDonald annonce que le Canada acceptera 50 000 réfugiés, dont la moitié au moyen du parrainage privé.

Juillet 1979 : Diverses initiatives sont lancées – Projet 4 000 d’Ottawa, opération Lifeline de Toronto et groupe de travail de Vancouver –, offrant ainsi un cadre de coordination visant à faciliter le parrainage de personnes et de groupes au Canada.

Juillet 1979 : L’État affrète 76 avions pour transporter 15 800 réfugiés avant la fin de 1979. Le nombre de réfugiés qui arrivent par mois passe de 1 000 à 3 000.

Juillet 1979 : Le gouvernement donne l’instruction au ministère de la Défense nationale et à Emploi et Immigration Canada d’aménager des aires de rassemblement (centres de réception) aux bases des Forces canadiennes à Longue-Pointe (Montréal) et à Greisbach (Edmonton) pour recevoir les réfugiés qui arrivent par vols nolisés

8 août 1979 : Le premier avion nolisé atterrit à Montréal et ses occupants sont accueillis à Longue‑Pointe.

29 août 1979 : À la fin de la journée du 10 août, 643 réfugiés sont parrainés par 1 893 groupes de parrainage au Canada.

21 septembre 1979 : Au total, 17 147 réfugiés sont parrainés par 3 122 groupes de parrainage au Canada.

4 janvier 1980 : Au total, 33 114 réfugiés sont parrainés par 6 003 parrains du secteur privé au Canada.

2 avril 1980 : Le gouvernement canadien annonce qu’il parrainera 10 000 autres réfugiés avant la fin de 1980, ce qui fait passer l’objectif final pour 1979-1980 à 60 000 réfugiés indochinois.*

* Parmi les 60 000 réfugiés vietnamiens admis au Canada en 1979 et en 1980, environ 26 000 ont été pris en charge par l’État, tandis que 34 000 autres ont été parrainés par le secteur privé et des membres de leur famille.

1982 à 1991 : Au total, 79 695 autres réfugiés entrent au pays, ce qui fait passer le nombre total de réfugiés acceptés au Canada à 139 695.

 


 

 

REMISE DE LA MÉDAILLE NANSEN AUX CANADIENS medal

Le Canada a permis à des réfugiés de s’établir dans les dix provinces et les deux territoires du pays. On considère qu’il s’agit d’un
moment exemplaire de l’histoire du Canada en matière de protection humanitaire. Cela a contribué à l’octroi par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés de la médaille Nansen pour les réfugiés au « peuple canadien » en 1986. Bon nombre de secteurs d’activité et de communautés et tous les ordres de gouvernement ont participé à l’intervention empreinte de compassion du Canada. C’était la première fois – et ce fut la seule fois – que cette prestigieuse médaille était accordée à toute une nation.

Pour plus d’information, cliquer ici et ici.

 

 

 


 

 

LA COMMUNAUTÉ CANADIENNE D’ORIGINE VIETNAMIENNE

La Journée du Parcours vers la liberté commémore un moment marquant de l’histoire du Canada en célébrant le rôle du pays dans le parcours vers la liberté des réfugiés vietnamiens, qui a commencé il y a 40 ans. Elle célèbre aussi les contributions importantes effectuées par les Canadiens d’origine vietnamienne depuis leur arrivée au pays.

community1community2community3

 

 

 

 

community4

Compte tenu du vif succès qu’il a remporté à la suite de l’exode de réfugiés après la chute de Saigon, le Programme de parrainage privé des réfugiés est devenu un élément fondamental du Programme canadien de réinstallation de réfugiés. Les Vietnamiens eux-mêmes ont contribué à la réussite des réfugiés vietnamiens qui se sont installés au Canada. Les Canadiens d’origine vietnamienne participent activement à la vie publique au Canada et se distinguent dans des domaines aussi variés que les affaires, la politique, les arts, les sports ou les activités humanitaires.

 

 

Plus de 300 000 Canadiens d’origine vietnamienne vivent désormais au pays, soit trois générations fières de célébrer ce patrimoine important dans un grand pays et de contribuer à la croissance et à la prospérité de notre société. Depuis leur arrivée, les Canadiens d’origine vietnamienne ont prouvé à maintes reprises qu’ils sont travaillants et capables de s’intégrer à la société canadienne. Chaque année, le 30 avril, les membres de la communauté canadienne d’origine vietnamienne se rassemblent pour commémorer le parcours des réfugiés de la mer vers le Canada après la chute de Saigon et pour se souvenir des centaines de milliers de réfugiés et de réfugiés de la mer qui ont perdu la vie afin de trouver un avenir meilleur et le chemin de la liberté. Pour honorer le périlleux parcours vers la liberté, le 30 avril sera aussi considéré comme un jour visant à célébrer les valeurs de la démocratie et des droits de la personne, la primauté du droit et un nouveau départ au Canada.

man

L’un de ces réfugiés de la mer était le Dr Hải Thông Nguyễn. Le Dr Nguyễn est désormais chef du service de médecine de l’hôpital Ste-Anne, un établissement de soins de longue durée pour les anciens combattants canadiens, situé à Montréal. En 2012, le Dr Nguyễn s’est vu décerner la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II pour les services distingués qu’il a rendus et pour le dévouement dont il fait preuve dans les soins aux anciens combattants âgés.

       « LE 30 AVRIL EST LE JOUR OÙ NOUS REMERCIONS LE CANADA                                          DE NOUS AVOIR SAUVÉ LA VIE […] « 

                                                                                                             — SÉNATOR NGO

Bon nombre de ceux qui sont venus au Canada en tant que réfugiés de la mer ou réfugiés parrainent eux-mêmes des réfugiés aujourd’hui. En partenariat renouvelé avec l’État canadien, ils font venir au Canada les derniers réfugiés vietnamiens coincés sans statut en Thaïlande et aux Philippines depuis près de 40 ans. Aider les autres est un bel héritage et c’est un moyen extraordinaire de souligner le parcours vers la liberté de la communauté canadienne d’origine vietnamienne.

 

group1

group2

 

 

 

 

group3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MOIS DU PATRIMOINE ASIATIQUE

En mai 2002, le gouvernement du Canada a adopté la motion de la sénatrice Vivienne Poy visant à faire du mois de mai le Mois du patrimoine asiatique. Ce mois rend hommage à la contribution des Canadiens d’origine asiatique à la société, et il célèbre la diversité, l’histoire et la culture des personnes d’origine asiatique.

Le ministre du Multiculturalisme Jason Kenney et le ministre d’État Tim Uppal ont assisté au lancement du Mois du patrimoine asiatique organisé par le gouvernement du Canada au Musée canadien de l’histoire, à Gatineau, au Québec, le jeudi 30 avril 2015. (Marc DesRosiers/AGENCE QMI)

 

asianheritagemonthLe Canada est reconnu pour être un pays multiculturel qui accueille toutes les races et ethnies. Le Mois du patrimoine asiatique donne à tous les Canadiens la possibilité de connaître le patrimoine des Canadiens d’origine asiatique de tout le Canada ainsi que leurs remarquables réalisations dans bon nombre de domaines.

Voir plus de détails sur le Mois Patrimoine Asiatique


 

Articles sur les réfugiés nouvellement arrivés :

http://www.ctvnews.ca/canada/after-decades-stranded-in-thailand-28-vietnamese-refugees-arrive-in-canada-1.2104156

http://www.cbc.ca/news/canada/toronto/vietnamese-immigrants-arrive-after-years-of-legal-limbo-1.2836661?utm_content=buffer69f70&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer