Date : le 30 mai 2014

Le Premier ministre Stephen Harper a prononcé aujourd’hui le discours suivant au dîner d’hommage à la liberté, à Toronto :

« Merci beaucoup.

« Merci monsieur le Sénateur Ngo pour cette aimable présentation et merci à vous tous, mesdames et messieurs, pour votre accueil très chaleureux.

« Distingués invités, collègues du Parlement du Canada, mesdames et messieurs.

« Nous savons pourquoi nous sommes réunis ici ce soir, mais permettez-moi de vous raconter brièvement comment nous y sommes arrivés.

« En 2008, l’organisation Tribute to Liberty a présenté à notre gouvernement une idée et une question.

« Premièrement, l’idée : aider à ériger dans notre capitale nationale un monument qui rendrait hommage pour toujours aux centaines de millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont lutté et qui continuent à lutter contre la tyrannie du communisme, ceux qui y ont survécu et ceux qui, tragiquement, ont péri.

« Deuxièmement,: est-ce notre gouvernement serait prêt à collaborer à concrétiser cette idée.

« Vous connaissez déjà notre réponse.

« En 2010, dans le discours du Trône, notre gouvernement a exprimé haut et fort son appui à la vision d’un hommage à la liberté, un monument élevé en hommage à ceux qui ont souffert sous le communisme.

« Permettez-moi de profiter de l’occasion pour exprimer ma reconnaissance à l’organisation Tribute to Liberty et en particulier à vous M. Klimkowski, président du conseil d’administration, à l’actuelle trésorière et présidente sortante, Mme Forstmanis, à l’ensemble du conseil et à tous les donateurs.

« Je vous remercie de votre généreux soutien, de votre soutien continu.

« Applaudissez chaleureusement les organisateurs pour tout ce qu’ils ont fait.

« Le but que vous vous êtes fixé est important pour les Canadiens, du passé et du présent, mais il est particulièrement important pour les futures générations.

« Il faut leur rappeler pour toujours que la liberté et la paix qu’elles recevront en héritage ont été gagnées au prix de luttes et de sacrifices et qu’elles devront toujours être considérées comme un bien précieux et unique.

« D’autres personnes ici présentes méritent aussi des remerciements particuliers, notamment certains de mes collègues : Jason Kenney et les membres de son équipe qui se sont investis dans ce projet dès le tout début, John Baird, Shelly Glover, la sénatrice Linda Frum, certainement la sénatrice Yonah Kim-Martin, le sénateur Ngo et naturellement, mes remerciements à chacun d’entre vous pour votre constante générosité et votre appui, parce que je sais que tout le monde ici présent a apporté un soutien.

« Mes amis, notre travail est presque terminé.

« En fait, le jury choisira d’ici quelques mois l’équipe gagnante à qui sera confiée la conception du monument.

« Donc, en menant à bien cette noble tâche, sachez que les Canadiens vous admirent et apprécient ce que vous faites.

« Vous soulignez un chapitre de l’histoire de l’humanité particulièrement pénible.

« Au 20e siècle, l’idéologie et les brutales pratiques communistes ont lentement infiltré de leur poison les pays du monde entier, sur presque tous les continents.

« Le résultat a été tout simplement catastrophique.

« Plus de cent millions de personnes ont disparu, un chiffre quasiment

incompréhensible.

« Nous ne devons jamais oublier que ce ne sont pas des chiffres ni des statistiques.

« C’était des mères et des pères, des fils et des filles, des amis et des voisins.

« Leur avenir, leur potentiel, leurs espoirs et leurs rêves leur ont été dérobés.

« Nous avons le cœur brisé pour ceux qui ont souffert et nous déplorons le sort de ceux qui ont été écrasés.

« Au Canada, nous ressentons vivement cette douleur parce que près d’un quart des Canadiens ont eux-mêmes été captifs des chaînes du communisme ou sont les fils ou les filles de ceux qui l’ont été.

« En effet, pendant tout le vingtième siècle, le Canada est devenu un refuge pour ceux qui fuyaient les gouvernements communistes, comme nous l’a décrit Robert, et un nouveau chez soi pour ceux qui voulaient vivre en liberté.

« Et donc, pendant presque 100 ans, ils sont venus – vos grands-parents, mères et pères, oncles et tantes, frères et sœurs – vous êtes venus de Russie, d’Estonie, d’Ukraine, de Lettonie, de Lituanie, de Hongrie, de Pologne, du Cambodge, de l’ancienne Tchécoslovaquie, de l’ancienne Yougoslavie, de l’ancienne Allemagne de l’Est – je pourrais continuer – du Vietnam, de la Chine, de la Corée du Nord, de Cuba, d’Albanie et d’ailleurs.

« Et quand ces gens avides de liberté sont arrivés, souvent après avoir risqué leur vie, au lieu de l’oppression du communisme, ils ont trouvé au Canada un lieu sûr.

« Au lieu des restrictions du communisme, ils ont trouvé la liberté canadienne.

« Au lieu du sombre déterminisme du communisme, il ont trouvé au Canada une porte ouverte sur le possible.

« Au lieu de la crainte du communisme, ils ont trouvé l’espoir canadien.

« Sécurité, liberté, possibilités, espoir.

« C’était le Canada d’alors et c’est ce que le Canada est toujours.

« Depuis leur arrivée au Canada, ces hommes et ces femmes ont travaillé dur. Encore, j’aime l’histoire que Robert nous a racontée.

« Ils ont élevé des familles solides.

« Ils ont adopté et promu les valeurs canadiennes.

« Grâce à leurs innombrables contributions aux quatre coins du pays, ils ont aidé à faire du Canada un meilleur pays.

« Et, chers amis, tout comme le Canada a combattu le communisme sur son territoire en servant de refuge à des centaines de milliers d’immigrants et de réfugiés, à l’étranger, nous avons énergiquement défendu la liberté partout où elle était menacée.

« Les Canadiens savent que ce n’est pas simplement en fermant les yeux sur les dangers et les difficultés du monde qu’on les fait disparaître

« C’est donc avec les yeux ouverts, dans l’intention de faire ce qui est juste et bon, que les Canadiens ont agi.

« Pendant la guerre froide, le Canada était là, à la frontière entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest.

« Pendant ces années difficiles, l’un de mes prédécesseurs, Brian Mulroney, a côtoyé des géants, la Première ministre Margaret Thatcher, le Président Ronald Reagan, et le pape, maintenant béatifié, saint Jean-Paul II, jusqu’à ce que la guerre froide prenne fin de façon définitive.

« Nous avons spontanément soutenu et appuyé la population des républiques Baltes pendant 50 ans, en refusant de reconnaître leur annexion par l’Union soviétique jusqu’à leur libération, comme dans le cas des autres pays captifs en Europe de l’Est et en Europe centrale.

« Le Canada a été un refuge pour des dizaines de milliers de Chinois qui fuyaient les horreurs de la révolution culturelle.

« Nous avons accueilli plus de soixante mille réfugiés vietnamiens, comme on l’a déjà dit – les boat people – après la chute de Saigon.Y compris, je dois l’ajouter, le premier membre de notre Chambre haute d’origine vietnamienne, le sénateur Ngo.

« À l’époque, nous nous sommes élevés contre l’antisémitisme dans le monde communiste, contre l’expulsion des citoyens juifs et contre la déportation massive horrible des Tatars criméens, dont nous soulignerons avec tristesse et de pénibles souvenirs le 70e anniversaire ce mois-ci.

« Le Canada a donné refuge à l’écrivain tchèque Josef Skvorecky, et aussi, naturellement, au dissident soviétique Igor Gouzenko, qui a été l’un des premiers à prévenir l’Occident des dangers de la guerre froide et qui a vécu en fait à quelques coins de rue au sud de la Colline du Parlement.

« Le Canada était là en 1991 pour être le premier pays occidental à reconnaître l’Ukraine nouvellement indépendante et, chers amis, le Canada est encore présent pour la population de l’Ukraine.

« En fait, aucun pays occidental n’est plus proche de l’Ukraine que le Canada et il faut que vous sachiez que nous en sommes tous très fiers.

« Depuis la fin du 19e siècle, nous avons reçu à bras ouverts des centaines de milliers d’immigrants ukrainiens.

« Nous avons appelé l’Holodomor ce qu’il a été, un génocide massif par la faim.

« Et en 2008, à l’initiative de mon collègue James Bezan, qui est ici ce soir, nous avons adopté au Parlement une loi qui fait du quatrième samedi du mois de novembre le jour commémoratif de l’Holodomor dans ce pays.

« Mesdames et messieurs, je reviendrai sur le sujet de l’Ukraine dans un moment, parce que la situation actuelle là-bas a de graves répercussions, de grande envergure, pour les gens de partout.

« Mais auparavant, permettez-moi d’expliquer pourquoi les Canadiens défendent énergiquement la liberté, pourquoi tant de Canadiens ont été prêts à donner leur vie pour la défendre.

« C’est vraiment simple.

« La liberté, pour tous, est au cœur de ce que signifie être Canadien.

« Les Canadiens défendent depuis longtemps leurs libertés chez eux.

« Et ils sont aussi fiers de les défendre à l’étranger.

« Un autre de mes prédécesseurs, le Premier ministre St-Laurent, qui a servi pendant les premières années de l’après-guerre, l’a bien dit : « La vigueur et la liberté de votre vie nationale sont la base pour jouer notre rôle dans la guerre froide ».

« Un point qui, j’ajouterais, s’applique également à quasiment tous les engagements militaires historiques du Canada à l’étranger.

« Je dois m’interrompre ici pour signaler toutefois, avec un immense regret, que le Canada n’a pas toujours été à la hauteur de ces louables aspirations.

« Il y a eu des moments où nous n’avons pas agi, où nous avons écouté ceux qui préféraient voir le Canada rester dans les rangs, être un observateur neutre au lieu d’un acteur qui se fonde sur des principes.

« Ceux qui prêchaient l’« équivalence morale » et qui disaient que le Canada devait apprendre à accepter le communisme totalitaire simplement comme une autre option.

« Ce sont les gens qui ont fermé les yeux sur les crimes sans précédent du maoïsme en Chine.

« Ils ont été indifférents face au coup communiste contre le mouvement Solidarité polonais en 1981 et ils ont insisté pour la soi-disant initiative de paix de 1984, juste avant l’effondrement du Pacte de Varsovie.

« Chers amis, notre gouvernement a tiré des enseignements du passé et il s’est servi d’exemples et d’expériences canadiennes – vécues fièrement ou honteusement – pour guider nos actions du présent et façonner nos politiques étrangères.

« Aujourd’hui, nos politiques étrangères sont éclairées par les valeurs qui nous sont les plus chères.

« Le Canada défend et fait valoir les libertés fondamentales qui sont cruciales au maintien d’une société humaine et nous nous élevons contre ceux qui les menacent.

« Sous notre gouvernement, le Canada a coupé son soutien aux gouvernements menés par des terroristes.

« Nous avons condamné le non-respect des droits de la personne.

« Et, mesdames et messieurs, le Canada est fièrement, résolument, sans équivoque, solidaire de la population ukrainienne.

« Je tiens à ajouter qu’on m’a dit il y a quelques semaines que M. Poutine a fait certains commentaires.

« Il a dit qu’il ne comprend pas pourquoi Harper et le Canada tiennent tant à l’Ukraine. C’est un pays à l’autre bout du monde, dit-il.

« Le fait qu’il ne comprend pas vous indique qu’il y a un problème.

« La liberté, la démocratie et la justice : c’est ce dont il est question pour le peuple ukrainien.

« Il y a deux mois environ, comme vous le savez, je suis allé en Ukraine, j’ai été le premier dirigeant du G7 à le faire.

« Pendant ma visite, j’ai eu le plaisir de rencontrer le Premier ministre Iatseniouk.

« Et lorsque je l’ai rencontré, je lui ai dit – comme je continue à le dire à mes homologues du G7 et ailleurs – que ce qui arrive aujourd’hui à des millions de gens en Ukraine est à la fois un signal d’alarme et un appel à l’action.

« Depuis plusieurs mois, voir depuis quelques années, le monde voit que le Président Poutine est de plus en plus à l’aise avec la confrontation.

« Il est plus audacieux depuis que les troupes russes ont tenté pour la première fois de mettre la main sur le pouvoir en Crimée.

« L’impact de l’expansionnisme et du militarisme du régime Poutine s’étend au-delà de l’Ukraine.

« Il menace la sécurité de nos alliés en Europe de l’Ouest et par extension, la stabilité et la sécurité du monde entier.

« Chers amis, je ne peux prédire ce que les prochains mois réserveront à l’Ukraine, à l’Europe ou au Canada.

« Mais voici ce que je peux dire : les Canadiens ont toujours été pour la liberté et la démocratie, pour tous, et nous ne cesserons pas de l’être maintenant pour la population de l’Ukraine.

« Le Canada fera ce qu’il a toujours cherché à faire, faire ce qui est juste.

« Permettez-moi de conclure ainsi.

« Le pape Jean-Paul II, maintenant canonisé, disait que le 20e siècle a été le siècle des larmes.

« Et pour d’innombrables dizaines de millions de personnes, c’est ce qu’il a été.

« Au cours de ce siècle, ses grands maux – militarisme, fascisme et communisme – ont éteint la lumière et la vie que procurent la liberté, la démocratie et la justice.

« Mais tout comme les étoiles brillent davantage dans la nuit, je crois que le Canada, l’étoile du Nord, a continué à briller quand ces ombres se sont étalées sur la planète.

« Maintenant, ceux d’entre nous qui ont vécu assez longtemps savent que le mal prend plusieurs formes et semble ne jamais cesser de se réinventer.

« Mais quel que soit le nom qu’il porte – nazisme, marxisme-léninisme, aujourd’hui, terrorisme – ils ont tous un point commun : la destruction, la fin de la liberté humaine.

« Voici ce que je crains : qu’au fur et à mesure que le 21e siècle avance, les Canadiens, surtout ceux des nouvelles générations, oublient ou n’apprennent pas les enseignements péniblement tirés et les victoires remportées depuis 100 ans.

« Qu’ils se complaisent de plus en plus dans la facilité et la commodité.

« Qu’ils ne comprennent pas que leurs droits et leurs privilèges, leur paix et leur sécurité, leur viennent de gens qui étaient prêts à vivre et à mourir pour défendre ce qui est juste et bon.

« Qu’ils n’apprécient pas vraiment à quel point notre mode de vie ici au Canada, aujourd’hui, est précieux et rare.

« Et qu’ils ne sachent pas reconnaître ces graves menaces lorsqu’elles referont leur apparition.

« Ce que l’histoire nous a enseigné est clair, c’est que les idéologies politiques qui promettent l’utopie mènent à l’opposé, à l’enfer sur terre.

« C’est pourquoi le Canada a besoin de ce monument et c’est pourquoi nous sommes tellement reconnaissants pour le travail de l’organisation Tribute of Liberty, qui nous rappelle les noms et les histoires de ceux qui ont péri sous le joug de l’une des plus mortelles idéologies qui ait jamais existé, celle du communisme.

« Ce monument fait partie la voie que trace notre pays, pour nous aider à ne pas nous perdre en chemin.

« Merci beaucoup. »

 – 30 –

 Service de presse du CPM : 613-957-5555

Ce document se trouve également à l’adresse : http://pm.gc.ca

One comment on "DÉCLARATION DU PREMIER MINISTRE DU CANADA À Toronto"

  1. jersgamneds dit :

    A great post. Thank you!

Comments are closed.