LE SÉNATEUR NGO CONDAMNE LES GRAVES VIOLATIONS DES DROITS DE LA PERSONNE AU VIETNAM

16 may 2017

Aujourd’hui, le sénateur Thanh Hai Ngo a publié la déclaration suivante au sujet des récentes violations graves des droits de la personne au Vietnam :

« Je suis très préoccupé par le harcèlement excessif qu’a subi le prêtre catholique Dang Huu Nam, durement discrédité au moyen d’une campagne de dénonciation organisée par les autorités communistes locales.

« Au début du mois, le père Dang Huu Nam et ses paroissiens ont subi du harcèlement et de la provocation continuels orchestrés par l’État pour avoir demandé des comptes pour les victimes de la catastrophe de Formosa, la pire catastrophe environnementale dans toute l’histoire du Vietnam. Le mouvement pacifique du père Dang Huu Nam en faveur de la vérité et de la justice rallie des milliers de personnes aux quatre coins du pays qui exigent que justice soit faite pour les personnes qui ont été empoisonnées et qui ont perdu leur moyen de subsistance à cause de la catastrophe environnementale de Formosa.

Des rapports crédibles révèlent maintenant que les autorités vietnamiennes soudoient femmes, enfants et personnes âgées pour mener des manifestations publiques et demander que la peine de mort soit infligée au père Dang Huu Nam qui, prétendent-ils, divise le pays.

« Il s’agit d’une répression inacceptable de la dissidence pacifique : le gouvernement communiste vietnamien s’en prend publiquement aux militants des droits de la personne pour de soi-disant infractions comme la « diffusion de propagande contre l’État communiste » et il invoque trop souvent l’article 258 sur la « violation des libertés démocratiques ». Il refuse d’assumer la responsabilité des répercussions désastreuses de la tragédie environnementales qui a touché des millions de citoyens. »

« J’ai appris avec grand désarroi l’assassinat de M. Nguyen Huu Tan, un prisonnier de conscience et membre du groupe minoritaire religieux Hoa Hao ciblé. Au début du mois, on lui a monstrueusement tranché la gorge alors qu’il était illégalement détenu. Il était accusé de « propagande contre l’État » pour avoir simplement arboré le drapeau patrimonial vietnamien de la liberté le 30 avril, et des accusations non fondées de « distribution de documents contre l’État » avaient également été portées contre lui après une fouille effectuée dans sa résidence privée le 2 mai. »

« Plus troublant encore est le fait que les autorités aient déclaré que cet incident traumatique était un suicide malgré l’absence de preuves concluantes et même après que la famille de la victime et le père, un moine Hoa Hao, appelé Thich Phap Quan, eurent indiqué qu’il s’agissait d’un camouflage inhumain. »

« Je condamne catégoriquement ces violations flagrantes des droits de la personne et ces actes de terreur commis par l’État. De telles controverses ébranlent la conscience des Vietnamiens canadiens et des communautés vietnamiennes un peu partout sur la planète. »

« Je tiens à exprimer ma plus profonde sympathie aux proches de M. Nguyen Huu Tan, qui a été assassiné en prison pour avoir défendu avec vigueur nos valeurs communes de liberté, les droits de la personne et la primauté du droit. Je transmets également mon appui aux personnes qui défendent leur liberté d’expression en demandant justice et reddition de comptes aux côtés du mouvement pacifique du père Nam pour les victimes de la catastrophe de Formosa.

« Le Canada célèbre le drapeau patrimonial vietnamien de la liberté pendant la Journée du Parcours vers la liberté, le 30 avril, chaque année depuis 2015. Il est extrêmement déplorable que des dissidents vietnamiens soient continuellement harcelés et tués parce qu’ils s’expriment de manière pacifique, sans cadre juridique ni transparence gouvernementale les protégeant.

« Le gouvernement du Canada, qui coopère étroitement avec le Vietnam, doit absolument rester fidèle aux droits de la personne et faire preuve de leadership pour les protéger davantage. Il conviendrait que l’ambassade du Canada à Hanoï consigne avec plus de régularité les violations persistantes des droits de la personne et mène des enquêtes approfondies sur ces cas en communiquant directement avec les victimes. »

« En tant que signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Vietnam a l’obligation de respecter les droits civils et politiques fondamentaux de ses propres citoyens. J’exhorte donc le premier ministre Justin Trudeau à rappeler à la République socialiste du Vietnam le devoir qu’elle a de se conformer à ses obligations mondiales en matière de droits de la personne, et à ne rater aucune occasion pour exprimer ses vives inquiétudes au sujet des violations. »

-30-

Pour des renseignements supplémentaires, veuillez s.v.p. nous rejoindre:

Office of the Honourable Senator Thanh Hai Ngo
613-943-1599
ThanhHai.Ngo@sen.parl.gc.ca
www.senatorngo.ca
@SenatorNgo