Le sénateur Ngo critique ouvertement la Chine pour l’adoption de la loi controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong et son ingérence continue dans les affaires du Canada

[Pour diffusion immédiate] – Le 26 juin 2020

Aujourd’hui, le sénateur Thanh Hai Ngo a publié la déclaration suivante concernant l’approbation par la Chine d’une loi controversée sur la sécurité nationale pour Hong Kong et son ingérence continue dans les affaires du Canada:

Le Congrès national du peuple (CNP) de la Chine a récemment voté en faveur d’une résolution pour la mise en œuvre d’une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Cette tactique radicale imposée unilatéralement par le Parti communiste chinois porte gravement atteinte à la démocratie et l’autonomie de Hong Kong en vertu du principe « un pays, deux systèmes » et à l’ordre international fondé sur les règles. Je condamne catégoriquement et sans réserve cette violation flagrante des obligations et des traités internationaux commise par la Chine. La Déclaration conjointe sino‑britannique de 1984, une entente ayant force exécutoire et qui fut enregistrée au répertoire au Secrétariat de l’ONU, énonce clairement les conditions de l’autonomie continue de Hong Kong ainsi que les mesures de protection des droits de la personne et des libertés fondamentales. La communauté internationale doit absolument faire front commun et condamner la campagne de répression que mène Pékin à l’endroit du peuple de Hong Kong. Nous devons nous montrer solidaires et appuyer les demandes légitimes de ce peuple qui réclame l’autonomie ainsi que le respect des droits de la personne et des valeurs démocratiques, et ce, en conformité avec ladite Déclaration conjointe.

Le « pouvoir discret » envahissant de Pékin à l’étranger a pris une telle expansion qu’il a traversé nos frontières et se trouve maintenant sur notre territoire. Le Canada n’est pas épargné en ce qui a trait à la campagne d’influence et aux intrusions constantes effectuées par la Chine. L’établissement d’organisations affiliées au gouvernement chinois au nom du Département du travail du Front uni, comme les Instituts Confucius, est bien documenté. Des citoyens canadiens ont aussi été victimes de l’ingérence et du despotisme du Parti communiste chinois en sol canadien et à l’étranger. Les canadiens tibétains, les canadiens ouïgours, les canadiens d’origine hongkongaise et les canadiens d’origine chinoise qui s’opposent à la dictature de la Chine sont harcelés et intimidés ici chez eux, par le biais du Front uni de la Chine. De plus, la liste des citoyens canadiens détenus arbitrairement et illégalement en Chine est longue.,Parmi ces canadiens, on y retrouve Huseyin Celil ainsi que les deux Michael (Michael Spavor et Michael Kovrig). C’est seulement la semaine passée que les deux Michael furent formellement inculpés d’espionnage, et ce, après plus de 550 jours d’interrogatoires intenses et épuisants, les plaçant à la merci d’un système judiciaire chinois qui a un taux de condamnation supérieur à 99%.

Malheureusement, ce ne sont pas seulement nos citoyens qui paient le prix de la politique étrangère clémente de notre gouvernement vis-à-vis de la Chine, mais de plus en plus, notre économie en porte également le poids. Malgré l’absence de preuves scientifiques de la transmission de COVID-19 par les aliments ou les emballages alimentaires, les exportations canadiennes de fruits de mer vers la Chine doivent maintenant subir des tests obligatoires avant de pouvoir passer les douanes.

Les innombrables tentatives de dialogue et d’efforts sur le plan diplomatique auprès de la Chine n’ont guère réussi à faire modifier le statu quo. J’exhorte le gouvernement canadien à se joindre à d’autres démocraties afin de tenir les représentants chinois et ceux de Hong Kong responsables de ces violations. Il s’agit d’un moment critique, il est donc d’autant plus impératif d’imposer des sanctions conformément à la loi Magnitski contre les représentants de Hong Kong et ceux du parti communiste de Chine qui sont complices de ces violations flagrantes des droits de la personne. Sur le plan économique, nous devrions également imposer des contre-mesures réciproques et tout aussi rigoureuses, comme des tests obligatoires sur tous les produits chinois importés au Canada. En dernier recours, si le parti communiste chinois ne tient pas compte de nos appels collectifs à cesser son comportement répréhensible, le Canada devrait être prêt à utiliser des outils diplomatiques plus puissants, comme le retrait de notre ambassadeur de la Chine et l’expulsion de l’ambassadeur chinois du Canada.

 

Pour plus de détails :

Bureau de l’honorable Thanh Hai Ngo

613-943-1599

ThanhHai.Ngo@sen.parl.gc.ca

www.senatorngo.ca

@SenatorNgo

 

Renseignements supplémentaires (en anglais seulement) :

Leo Housakos et Thanh Hai Ngo, « We must invoke Magnitsky sanctions against China »

Hong Kong Watch, « Patten-led group of world parliamentarians decry ‘flagrant breach of Sino-British Joint Declaration’ »

Shuvaloy Majumdar, « Canada must fight for Hong Kong’s freedom »

Nathan Law, « Hong Kong “is a battle for survival and for freedom” »

« How China uses shadowy United Front as ‘magic weapon’ to try to extend its influence in Canada »

« Nova Scotia lobster exporters feel the pinch of new COVID-19 testing in China »

« China charges Canadians Michael Kovrig and Michael Spavor with espionage »