Le sénateur Thanh Hai Ngo a condamné aujourd’hui les peines d’emprisonnement infligées à trois militants vietnamiens pro-démocratie pour avoir entravé la circulation à Hanoï, au Vietnam, le mardi 26 août 2014.

« Ces peines d’emprisonnement dénuées de sens ont été imposées à trois Vietnamiens militants pacifiques pour la démocratie sous prétexte d’entrave à la circulation pendant qu’ils se rendaient à motocyclette dans la province de Dong Thap pour rendre visite à un ancien prisonnier politique. »

« Je condamne catégoriquement les sentences prononcées contre Bui Thi Minh Hang, Nguyen Thi Thuy Quynh et Nguyen Van Minh, respectivement de trois ans, deux ans et deux ans et demi de prison. Je demande également au gouvernement vietnamien de retirer les peines imposées à ces trois activistes pour des motifs politiques et de relâcher ces derniers immédiatement. »

« Ayant profondément à cœur la liberté, la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit, je trouve extrêmement troublant que le Vietnam utilise de telles accusations pour réprimer la liberté politique. Malgré les avertissements de la communauté internationale, les autorités vietnamiennes continuent d’invoquer les désordres publics pour emprisonner des dissidents qui expriment pacifiquement leurs opinions politiques. »

« Nous ne pouvons demeurer inactifs tandis que le premier ministre du Vietnam, Nguyen Tan Dung, pousse son parti communiste au pouvoir à réprimer la dissidence. Devant l’intensification des violations des droits internationaux de la personne, le gouvernement du Canada devrait, compte tenu de sa solide politique étrangère en matière de droits de la personne, réévaluer sa relation commerciale avec le Vietnam et l’aide au développement qu’il lui fournit. »

« Il ne faudrait pas s’étonner si la détérioration des droits de la personne au Vietnam devait effaroucher les investisseurs étrangers et influencer les négociations entourant le Partenariat transpacifique. »

À première vue, le Vietnam semble améliorer la situation des droits de la personne alors qu’il ouvre son économie aux investissements étrangers et rehausse le niveau de vie. Les observateurs internationaux continuent toutefois de signaler des violations des droits de la personne commises par le régime à parti unique, en particulier la suppression des libertés d’expression, d’association et de réunion.

-30-

 

Pour plus de renseignements :
613-943-1599
ngoth@sen.parl.gc.ca
www.senatorngo.com