Le 6 juin 2018

Le sénateur Thanh Hai Ngo a publié la déclaration suivante aujourd’hui concernant la décision du premier ministre Justin Trudeau d’inviter le Vietnam à la séance d’information spéciale qui se tiendra en marge du Sommet du G7 le 9 juin 2018, dans Charlevoix, au Québec.

« Je suis terriblement consterné par l’invitation injustifiée adressée par le Canada à la République socialiste du Vietnam en vue d’une réunion spéciale sur la responsabilité environnementale. Cette invitation ne tient pas compte de la corruption endémique et des détentions illégales des autorités vietnamiennes à la suite d’un grave incident environnemental survenu en 2016.

« Il est hautement irresponsable de la part du gouvernement du Canada d’ouvrir un dialogue avec le Vietnam en marge de la réunion du G7 sans comprendre pleinement les suites de l’incident d’avril 2016 à l’aciérie Formosa Ha Tinh qui a entraîné le déversement de produits chimiques industriels toxiques et a pollué sur 200 km la côte du Vietnam, décimant la faune marine et ravageant une industrie de la pêche de première importance.

« Le Canada doit savoir que les autorités communistes du Vietnam ont profité des réparations de 500 millions de dollars versées par l’usine Formosa plutôt que d’indemniser les victimes de cette pollution catastrophique d’une manière transparente et responsable.

« Les dirigeants mondiaux et les organisations internationales présents ont la responsabilité d’exercer des pressions sur le premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc pour qu’il libère immédiatement tous les militants pour l’environnement et les défenseurs des droits de la personne, dont Mme Nguyen Ngoc Nhu Quynh, M. Hoang Duc Binh, le père Dang Huu Nam et M. Nguyen Nam Phong, qui ont été condamnés, surveillés, intimidés et harcelés brusquement pour avoir manifesté pacifiquement contre le déversement toxique.

« Cette répression inacceptable de la dissidence écologique, cette gouvernance sans reddition de comptes et ce manque de transparence démontrent une fois de plus qu’il est impossible de collaborer avec le Vietnam dans des dossiers internationaux urgents en faisant abstraction de ses violations persistantes des droits de la personne et de la corruption politique.

« En tant que président du G7 de 2018, le Canada doit faire du respect des droits de la personne un thème central de ses priorités internationales à l’égard du Vietnam. »

– 30 –

Renseignements

Bureau de l’honorable sénateur Thanh Hai Ngo
613-943-1599
ThanhHai.Ngo@sen.parl.gc.ca
https://www.senatorngo.ca/fr/
@SenatorNgo

Citation

« Vous ne pouvez pas parler avec le Vietnam de l’atténuation des problèmes environnementaux ni de la lutte contre le changement climatique sans d’abord soulever la protection des droits fondamentaux. »
– L’honorable sénateur Thanh Hai Ngo

Informations complémentaires

* disponible en anglais seulement